Nouveau : demandez le remboursement de votre vol en cas d’annulation due au coronavirus. Cliquez ici

Vol retardé ? Ce que font les aéroports pour éviter les retards à l'embarquement



C'est toujours la même histoire : vous réservez votre vol, vous sélectionnez un siège spécifique à l'avant ou à l'arrière de l'avion et montez dans l’avion par la partie la plus logique en fonction de votre numéro de siège. Cependant, certains passagers ont du mal à comprendre ce concept simple et assez efficace. Il s'agit d'un problème de plus en plus important pour les compagnies aériennes, puisqu'elles doivent payer pour le temps supplémentaire passé au sol, au-delà de leur horaire initial.

Une expérience sur les procédures d’embarquement des passagers a été mise en place à l’aéroport de Gatwick. Cette expérimentation aura lieu à la porte 101 du terminal nord.
 

Quel est le but de l'expérience à l'aéroport de Gatwick ?

queue airport delayed boarding embarquement
L'aéroport de Gatwick, deuxième aéroport le plus important du Royaume-Uni, mène actuellement une expérience sur les améliorations qui peuvent être apportées aux procédures d'embarquement afin de réduire les risques de retards dus à l'inefficacité des instructions. Comment les aéroports peuvent-ils organiser un embarquement plus rapide pour permettre aux passagers de prendre place dans leur siège sans encombre ? Comment les passagers peuvent-ils savoir par quelle porte de l'avion ils doivent monter ? Voilà quelques-unes des questions auxquelles l'aéroport de Gatwick s'efforce de répondre.

Que comprendra l'expérience à l'aéroport de Gatwick ?


Les passagers seront dirigés vers l'avion en fonction de leur numéro de siège et de rangée. En théorie, les passagers des dernières rangées devraient toujours monter à bord en premier et les passagers avec un siège à la fenêtre seront en haut de la file d'attente et devront prendre leur place avant tout le monde, suivis par ceux du milieu et enfin de l'allée.

Cependant…


Cette façon de procéder peut sembler bonne en théorie, mais elle est difficile à réaliser dans un scénario où plusieurs membres d’une réservation sont inscrits à bord d'un vol, à des sièges différents.

L’aéroport a alors élaboré un plan pour éviter ce problème. Les passagers seront toujours priés de monter à bord de l'avion par l'arrière, mais le processus optimisé laissera un espace de deux rangées entre les passagers qui montent à bord. L’idée est de donner aux voyageurs suffisamment d'espace pour placer leurs bagages dans les compartiments de rangement supérieurs et retourner à leur siège sans avoir à se faufiler entre les autres passagers.

Une autorité de l'aéroport de Gatwick a expliqué : « en communiquant mieux avec les passagers et en embarquant les passagers par numéro de siège, nous espérons également rendre l'expérience d'embarquement plus relaxante et, potentiellement, empêcher un grand nombre de passagers de se précipiter dès l’ouverture des portes ».
 

Les compagnies aériennes EasyJet, Ryanair et British Airways sont sceptiques


Ryanair, qui exploite quotidiennement de nombreux vols au départ de l'aéroport de Londres, utilise déjà un système plus efficace qui conseille aux passagers d'entrer dans l'avion en fonction de leur siège.

Les compagnies aériennes à bas prix ont des moyens d'embarquement " rapides " ou " prioritaires ". En particulier EasyJet, basé à l'aéroport de Gatwick, devrait exclure ces options le temps de l’expérience. Un représentant d'EasyJet a expliqué qu’« un petit nombre de vols EasyJet qui utilisent la porte 101 participent à l'essai dans un premier temps". Douteusement, il a été expliqué que « ce n'est pas quelque chose que nous cherchons à mettre en œuvre à travers notre réseau, mais que nous allons travailler avec Gatwick pour étudier les résultats de leur essai lorsqu'il sera terminé ".

En conclusion, l'expérience peut également permettre d'évaluer s'il est judicieux pour les transporteurs, tels que Ryanair et EasyJet, de ne pas tenir compte de leurs plans d'embarquement afin d'accélérer les opérations aériennes.

Vol retardé, annulé ou surbooké à l’aéroport ?


Vos droits de passagers sont protégés par la Réglementation CE N° 261/2004. Selon la législation, la compagnie aérienne doit payer une indemnisation si leur vol est retardé de plus de trois heures, annulé ou surbooké. Selon les circonstances du vol, vous pouvez prétendre à une indemnité allant de 250 à 600€ par passager.

Les compagnies aériennes rendent cependant la tâche difficile aux passagers aériens. Les transporteurs font tout ce qu’ils peuvent pour éviter de payer des indemnités. Déposer vous-même une demande d’indemnisation nécessite une bonne connaissance de vos droits, vous assurer de l’éligibilité de votre vol et de longs échanges avec la compagnie aérienne. Si vous préférez ne pas perdre de temps à tester votre patience, n’hésitez pas à nous écrire, nous serions ravis de vous aider ! Grâce à nos bases de données, nos années d’expérience et un taux de réussite de 98%, nous pouvons prendre en charge votre dossier. Vous ne payez qu’en cas de réussite, quelque soit le temps et les frais engagé. Notre commission de 25% ne s’applique qu’une fois l’indemnisation récupérée.

 

➜ Vérifier votre vol


Ne manquez rien de l'actualité de l'aviation via nos pages Facebook et Twitter

 

Ce que nos clients pensent de Vol-Retardé

 

 

 

Vérifier mon vol