Retour aux nouvelles

Un avion n'a pas pu atterrir à cause d'une chèvre

Un avion n’a récemment pas pu atterrir à Katmandou, au Népal, parce qu'une chèvre bloquait la piste d’atterrissage. L'avion a dû reprendre de l'altitude et a pu atterrir en toute sécurité avec un retard de 40 minutes. Dans le passé, cet aéroport a eu d'autres problèmes avec des animaux bloquant les pistes, le trafic aérien a ainsi été perturbé. Par conséquence, cinq chasseurs ont été embauchés à l'aéroport pour faire en sorte que les vols peuvent se dérouler correctement et sans interruption par les animaux errants.

Compensation pour des retards de vol causé par des animaux?

Il arrive souvent, dans autres aéroports, que des animaux perturbent les vols. En particulier, les risques aviaires,  ou "bird strikes" en anglais, sont assez courant. Cela désigne les collisions d'oiseaux avec les avions.

Avion ne peut pas atterrir - chèvre sur la pente

Il n’est pas encore clairement défini si les passagers ont, dans ce cas, le droit à une indemnisation. Selon le verdict novateur de l'avocat général de la cour européenne datant de cet été, les collisions aviaires "ne se définissent pas comme une circonstance exceptionnelle". Si la législation décide d'appliquer cette décision, les passagers auraient donc droit à une indemnisation dans ce cas de figure. Dans le passé cela était perçu différemment et donc une multitude de passagers n'ont pas eu de droit à une indemnité.

Chèvre spéciale

Dans le cas de la chèvre à Katmandou, bien qu’il ne s’agisse pas de force majeure, cela est un incident en dehors du contrôle de la compagnie aérienne. Ironiquement il s’agissait apparemment d’une chèvre d'un régiment local de l'armée, qui à son tour est présent à l'aéroport pour assurer la sécurisation de la navigation aérienne.

.

Écrit par l’équipe de vol-retardé.